‘Feminism Allowed You to Speak’: Maintaining Intergenerational Feminist Solidarity in the Face of Sophisticated Attacks

'What a wonderful world it would be if some doctors not too different from Dr Hfuhruhurr would create the ‘perfect’ ‘fuckable’ female-shaped bodies to host the marvellous male brain: male head and female body; the structure of our patriarchal societies reproduced on the single' Little Red Riding Hood is the story of a little girl… Continue reading ‘Feminism Allowed You to Speak’: Maintaining Intergenerational Feminist Solidarity in the Face of Sophisticated Attacks

Body shopping research: Baby Plastiche

L’ambizione plastica di Jessica Allegretti è il filo conduttore del mini-documentario. Sedicenne alle prese con il distruggente sguardo maschile in un’era pre-KKK (Kulto Kardashian al Kulo), quando ancora la C veniva usata per adulare Corona, l’idolo della protagonista – “un uomo forte”, dice lei – Jessica vuole ridursi il seno. “Ho le forme di donna” spiega seduta accanto ai peluche che ricoprono il suo letto. Vorrebbe essere “più minutina, più bassa”. Sbaraccare lo spazio pubblico dalla sua presenza come a scusarsi dell’esser donna; sbarazzarsi del grasso, superfluo quanto il sé.

La prostitution est morte, vive le travail du sexe! – Partie IV: Les habits neufs de l’empire prostitutionnel

La composante populiste du discours promouvant la prostitution nous a appris que la prostitution est un travail. La composante libérale du discours promouvant la prostitution nous a appris que la prostitution est une forme de sexualité. Mélangez les deux et vous obtenez le « travail du sexe ». Emberlicotées comme nous sommes dans les mailles de ces doux mots prostitutionnels, la contradiction dans les termes ne nous est pas éclatante. Le sexe serait un travail ? « Dis, tu voudrais pas qu’on travaille un peu ? » Le travail serait du sexe ? « Tu me connais bien, je peux pas m’empêcher de travailler ! (rire gras) ». 

La prostitution est morte, vive le travail du sexe! – Partie III: Décriminalisation

Si politiciens et activistes sont conscients de l’importance des mots, ils ne sont pas non plus des philologues et sans but ultérieur la réingénierie linguistique serait trop d’effort pour rien. Les soutiens – journalistes, personnes politiques, activistes, anonymes – de la prostitution ont un objectif clair et simple : la décriminalisation de la prostitution.

La prostitution est morte, vive le travail du sexe! – Partie II: Libéralisme et prostitution

Le point de départ est celui de l’individu suspendu au-dessus de sa société : la collectivité ne pèserait en rien sur le choix libre de « se prostituer ». De là on prétend que la prostitution sert les intérêts féministes. Enfin, on reprend un vieux modèle de la prostitution comme innée à certains en l’associant à une forme de sexualité.

La prostitution est morte, vive le travail du sexe! – Partie I: Populisme et prostitution

La clé d’interprétation pour comprendre le succès du discours propagandiste prostitutionnel est la ressemblance de cette dernière avec le discours politique ambiant en Europe et Amérique du Nord. Il ne faut pas construire, il faut s’inscrire. La force du discours prostitutionnel ambiant est qu’il navigue sur un imaginaire collectif déjà établi. La familiarité facilite l’assimilation. En adaptant ce qui existe déjà, les tenants de la prostitution gagnent en temps et en efficacité. 

Are we women ready to wake up? A review of Sheila Jeffreys’s autobiography Trigger Warning: My Lesbian Feminist Life

Trigger Warning: My Lesbian Feminist Life takes you to the revolutionary feminism of the 1970s to the lush Australian nature, down through the desert of the early 2000s all the way to today. Trigger warning is an occasion for us all to take stock on our achievements and most importantly where we have regressed.